C’est à l’image d’une brise relativement inconnue qui souffle sur nos consoles. On pourrait même dire que c’est un blizzard. Au-delà des références un peu faciles se dresse un doux constat concernant les RTS (pour Real Time Strategy) ou STR (pour Stratégie en Temps Réel) si vous êtes un peu plus cocardier: sur nos PS4, ça ne court pas les bits. Nous avons souvent droit à des portages mais rien n’est pensé pour le pad, ni même pour notre physionomie de gamer. Pourtant, Starcraft ou autre Age of Empires sont de jolis essais devenus mastodontes. Les petits malins de Tower Five se sont donc engouffrés dans cette brèche en quittant les sentiers tracés pour le genre. En accès anticipé depuis quelques mois sur PC, force est de reconnaître qu’il était temps de chérir une version finale. Coup de tonnerre, notre support “made in Sony” est l’un des élus pour la sortie du titre et nous allons voir à quoi ressemble cet animal. On vous le dit sans détour, il serait dommage de ne pas s’y pencher.

Un belle tête de Winter!


Certains éléments paraissent simplifiés…en outre Lornsword emprunte une voie qui perturbera le plus stoïque d’entre nous. Mais avant toute chose, s’il fallait oser la comparaison, le titre nous aura fait penser à Warcraft 3 sur de nombreux aspects. Pas pour l’univers, complètement différent, mais pour le dynamisme qui s’en dégage. Et pour cet impact graphique qui donne un aspect très “bande dessinée” à l’ensemble, surtout lors des cinématiques qui foisonnent entre 2 missions.

Fixes, mais crayonnés avec amour, ces moments de narration vous permettent d’apprécier une histoire très personnelle et finalement complexe où se mélangent famille, guerre, géopolitique et mysticisme. D’un ton résolument adulte, le soft bénéficie d’un doublage réussi qui rend hommage aux intentions des protagonistes, avec leurs doutes et motivations croissantes et diverses.

Lors de quelques versets le cliché fut frôlé; finalement esquivé avec adresse et on se prend à suivre les pérégrinations de Corun, le héros dont on suit la montée en puissance, du moins dès les premiers chapitres. Nous vous laissons le plaisir de la découverte mais l’ensemble est cohérent et ne trahit jamais les acteurs de cette dramaturgie.

Et…en tout état de cause, il va falloir un minimum de connaissances pour appréhender la langue anglaise car, et ce sera un frein pour beaucoup, le jeu ne bénéficie pas de sous-titres en français. Venant d’un studio du pays de la baguette (mince, cliché non évité!), cela peut surprendre. Néanmoins le minimalisme du personnel doit être pris en compte. Qui plus est, le niveau exigé n’est pas non plus hors de portée.

En ce sens, on se souvient de notre galère lors du déchiffrage de Final Fantasy Tactics! Rien de tout cela ici et si 2 ou 3 choses pourraient vous filer entre les doigts, la globalité n’est pas obscure et chaque ordre sera clair, avec un bon gros curseur pour vous indiquer ce que vous devez faire dans les cas particuliers.

Finir de lire ce test sur le site de PSMag.

All rights reserved Tower Five.